General

Côte d’Ivoire-AIP/ Des cantines pour promouvoir l’école à Tienko

Le conseil municipal de Tienko a entrepris de doter les écoles de la commune de cantines, perçues comme un moyen pour relever le taux de scolarisation tout en améliorant les performances des élèves, dans une zone où nombre de parents rechignent encore à mettre leurs enfants à l’école.

Tienko est une des communes du Folon, une région dans l’extrême Nord-Ouest ivoirien, où selon les responsables locaux près de 40% des enfants ne vont pas à l’école, en dépit des efforts déployés par le gouvernement pour mettre à disposition des infrastructures et en dépit d’une sensibilisation quasi permanente.

La grande majorité des villages est dotée d’écoles dont la plupart reste cependant en sous-effectif, en comparaison au nombre d’enfants en âge d’être scolarisés. La raison principale avancée, la pauvreté des parents, à majorité cultivateurs ou éleveurs, qui la plupart du temps font le choix d’avoir leurs jeunes enfants à leurs côtés dans leurs activités champêtres ou pastorales.

« Les parents au champ, les enfants entre midi et deux (12H et 14H, ndlr) sont livrés à eux-mêmes. Ces parents préfèrent ainsi les avoir avec eux pour pouvoir non seulement les surveiller mais également éviter qu’ils restent seuls au village, dans la faim », a fait comprendre le conseiller pédagogique secteur Tienko, Kouamé Yao.

Il a ainsi salué l’initiative du conseil municipal de doter les écoles de cantines, à commencer par le groupe scolaire de la ville fréquenté par 468 élèves et dont le réfectoire réhabilité est aujourd’hui fonctionnel. Selon lui, la présence de ces cantines va impacter positivement non seulement le taux de scolarisation mais aussi les performances des élèves.

Pour Lassina Sylla, directeur de l’école primaire publique du village de Kouban qui verra bientôt l’ouverture d’un grand réfectoire moderne, cela constituera une source de motivation autant pour les élèves que leurs parents. L’école de Kouban a un effectif de 168 élèves là où elle peut en accueillir davantage. Un bâtiment entier de trois classes reste fermé faute d’élèves. L’école a enregistré depuis le début de l’année scolaire trois abandons, à en croire le directeur.

« Nous sommes soulagés. Nous aurons désormais le cœur libre pour aller vaquer à nos activités champêtres en sachant que derrière nous il y a une cantine où nos enfants auront à manger », admet Balla Abdoulaye, vice-président du comité de gestion (COGES) de l’EPP Kouban,

L’initiative de la mairie de construire des cantines s’inscrit dans le cadre du soutien qu’elle apporte constamment à l’école locale et qui se manifeste également notamment dans la construction de salles de classes, la dotation des écoles en tables-bancs et la fourniture de kits aux élèves à la rentrée.

Source: Agence Ivoirienne De Press